Espaces artisanaux, lieux de culte dans l’Antiquité

Cette année, la SFAC organise une journée d’études sur les espaces artisanaux lieux de culte dans l’Antiquité.

Samedi 15 mars 2014, 9h30-17h, salle Vasari, INHA

L’artisan dans le sanctuaire même, ou bien à proximité immédiate de lui et travaillant pour lui : cette thématique a été l’objet de plusieurs rencontres récentes, mais dont l’angle d’approche est différent de la présente journée d’études. On peut en effet donner des définitions très diverses de l’artisanat et des métiers, et de leur degré d’implication dans l’édification d’abord, la manutention et le fonctionnement ensuite, d’un lieu de culte. Si on voit bien que, lorsqu’il s’agit du chantier de construction et de l’entretien, les équipes d’artisans travaillent sur commande de l’autorité qui gère le sanctuaire et interviennent sur le temple même, la situation est plus complexe dès lors qu’il s’agit des offrandes et de leurs producteurs. Ont‐ils d’autres rapports que ceux de proximité opportuniste avec le sanctuaire ? Et existe‐t‐il d’ailleurs des artisans spécialisés pour répondre à la demande des
dévots ? Point de vue économique et archéologie de la construction, analyse spatiale, approche technologique, examen du décor et de l’objet offert doivent se conjuguer pour recomposer une culture matérielle des lieux du religieux à partir de ses acteurs et de ses espaces de fabrication ou de mise en œuvre. Le programme est en ligne ici, n’hésitez pas à le diffuser !

L’artisan
dans
le
sanctuaire
même,
ou
bien
à
proximité
immédiate
de
lui
et
travaillant
pour
lui
:
cette
thématique
a
été
l’objet
de
plusieurs
rencontres
récentes,
mais
dont
l’angle
d’approche
est
différent
de
la
présente
journée
d’études.
On
peut
en
effet
donner
des
définitions
très
diverses
de
l’artisanat
et
des
métiers,
et
de
leur
degré
d’implication
dans
l’édification
d’abord,
la
manutention
et
le
fonctionnement
ensuite,
d’un
lieu
de
culte.
Si
on
voit
bien
que,
lorsqu’il
s’agit
du
chantier
de
construction
et
de
l’entretien,
les
équipes
d’artisans
travaillent
sur
commande
de
l’autorité
qui
gère
le
sanctuaire
et
interviennent
sur
le
temple
même,
la
situation
est
plus
complexe
dès
lors
qu’il
s’agit
des
offrandes
et
de
leurs
producteurs.
Ont
ils
d’autres
rapports
que
ceux
de
proximité
opportuniste
avec
le
sanctuaire
?
Et
existe
t
il
d’ailleurs
des
artisans
spécialisés
pour
répondre
à
la
demande
des
dévots
?
Point
de
vue
économique
et
archéologie
de
la
construction,
analyse
spatiale,
approche
technologique,
examen
du
décor
et
de
l’objet
offert
doivent
se
conjuguer
pour
recomposer
une
culture
matérielle
des
lieux
du
religieux
à
partir
de
ses
acteurs
et
de
ses
espaces
de
fabrication
ou
de
mise
en
œuvre.
Trois
axes
seront
plus
particulièrement
développés
au
cours
de
cette
journée
:
la
« fabrique
du
temple »
(entendue
au
sens
de
la
construction,
du
décor,
et
de
l’entretien
de
l’édifice
de
culte)
;
la
production
des
offrandes,
sur
place
ou
spécifiquement
destinée
au
sanctuaire
;
enfin,
parce
que
les
espaces
cultuels
ne
se
restreignent
pas
au
temple
et
à
ses
annexes,
on
a
voulu
aussi
inclure
dans
le
panorama
qui
sera
présenté
deux
types
d’espaces
privés
qui
n’en
abritent
pas
moins
des
rites
périodiques
:
la
maison
et
la
boutique
d’une
part
;
les
nécropoles
d’autre
part.

Tags : , , , ,