Articles avec le tag ‘Etrurie’

Trois conférences à venir

vendredi 3 octobre 2014

Pour sa rentrée, la Société française d’archéologie classique vous invite à suivre trois conférences : le 8 novembre, le 6 décembre et le 10 janvier.

8 Novembre 2014 : Vincent Jolivet, Edwige Lovergne, « La tombe rupestre de Grotta Scalina en Étrurie méridionale ».

6 Décembre 2014 : Katerina Peristeri « Les fouilles récentes du tumulus Kastas et le lion d’Amphipolis (2012-2014) ».

10 janvier 2015 : William Van Andringa, « Demeures des dieux : nouvelles recherches sur les lieux de culte de Pompéi ».

De l’Étrurie à Pompéi, en passant par le tumulus d’Amphipolis dont le monde entier parle depuis cet été. Le programme de la rentrée est ici.

Prochaine conférence, à la rentrée, le samedi 8 novembre 2014 : La tombe rupestre de Grotta Scalina en Étrurie méridionale

lundi 19 mai 2014

Vincent Jolivet, Edwige Lovergne

Redécouverte à la fin du XXe siècle après un siècle d’oubli, la tombe étrusque monumentale de Grotte Scalina (Viterbe) est un témoignage de l’architecture rupestre hellénistique dont les fouilles menées depuis 2011, en collaboration entre le CNRS (UMR 8546), l’École française de Rome et la Soprintendenza per i Beni Archeologici dell’Etruria Meridionale, ont révélé le caractère tout à fait exceptionnel. Richement peinte, avec ses deux étages à portiques reliés par deux escaliers et surmontés par un fronton, toutes caractéristiques que l’on retrouve seulement dans la tombe Lattanzi de Norchia, elle s’inspire vraisemblablement de la grande architecture palatiale macédonienne de Pella et de Vergina dont le prothyron, tel qu’il est aujourd’hui restitué, présente une disposition analogue, qui était appelée à inspirer de nombreux monuments du monde méditerranéen dans le courant de l’époque hellénistique. La précocité de ce témoignage, datable du dernier quart du IVe siècle, et l’absence de réalisations comparable dans le Sud de l’Italie, invitent à l’interpréter comme le témoignage de liens directs entre l’Étrurie et la Macédoine de Philippe ou d’Alexandre, combinés avec la grande tradition funéraire étrusque hellénistique dont témoigne sa vaste salle de banquets funéraires, dotée de six lits.